Philosophie de la raison
18 mars 2012

Le gradient sexuel - L'alibi scientifique

Textes connexes >>
Il est dommage que certain(e)s s'appliquent à vouloir détruire ce monde reposant sur cette formidable invention humaine qu'est l'Homme, la Femme, le plaisir et l'Amour ! Car ce sont des faits socioculturels, mais qui reposent sur (et donc ne contredisent pas) notre nature biologique : ILS LA " SUBLIME "


Il semblerait que cette volonté de détruire notre monde reposant sur une différenciation sexuelle poussée, qui provoque l’accentuation du plaisir et l’Amour (plaisir sublimé ?), trouverait aujourd’hui écho dans le milieu scientifique... C’est ce qui ressortait en tout cas d'un échange de courrier avec une amie psychologue (auteur de plusieurs ouvrages)(>>)...

Selon elle le milieu scientifique de la biologie s’interrogerait sur notre façon de considérer le monde humain comme structurée selon ce clivage homme-femme. Partant des cas d'hermaphrodisme et d'intersexualité, et de leur augmentation actuelle ( ?), cela serait révélateur d’une potentialité humaine (voire animale) préexistante. La dualité masculin-féminin ne serait alors qu’une manière de voir, une manière pour notre esprit d’ordonner les choses, alors que la réalité humaine/animale serait fondamentalement non-discontinue (donc continue ?!).

Bien évidemment, en regard de certains discours lus ou entendus ces dernières décennies (>>), et présentée ainsi, cette « interrogation », parait plutôt être une stratégie supplémentaire pour nous préparer à ce nouveau monde inversé, où sera admis comme normal une grande part de ce qui ne l’était pas, voire même où une part de la normalité d’hier deviendra anormale. Encore une fois le caractère (prétendument?) scientifique allégué me parait n’être qu’un alibi pour la concrétisation d’idéologies nées entre autres de désirs d’opposition, à mon sens fait de la généralisation d’un conflit de générations toujours plus violent et plus radical, et plus destructeur aussi (>>).

Déjà, une simple réflexion ne peut que nous amener à nous étonner sur deux points:

1) Que le (prétendu ?) constat de l’augmentation des cas d'hermaphrodisme et d'intersexualité puisse aboutir à l’idée de les intégrer dans la norme, révèle une démarche mentale apparemment et pour le moins bizarre. Parce que quelque chose augmente et parait être amené à se généraliser, devrait-on l’admettre comme normal?! Parce qu’il y a prolifération du Sida, augmentation de la violence et des injustices, parce qu’il y a recrudescence de l’obésité aux EU, devrait-on vouloir admettre comme normal le Sida, la violence, les injustices, l’obésité (etc.) !!?
Et vouloir intégrer cela dans une démarche scientifique est plus que douteux !


2) Suggérer que la « discontinuité sexuelle » du monde animal et/ou humain n’existe pas «fondamentalement », est une thèse pour le moins surprenante: les mâles et les femelles, et la reproduction sexuée seraient-ils donc une illusion!?
Il serait aussi intéressant que les tenants de ce genre de thèse nous expliquent précisément COMMENT on passerait de manière CONTINUE, ou encore comment imaginer un gradient d’organismes allant de la femelle dotée d’organes internes permettant la gestation, avec cette chimie complexe des hormones qui détermine des périodes, et qui façonne l’ensemble de l’être de manière adaptée à la fonction, jusqu’au mâle dépourvu de tout cela et dont le rôle se réduit à apporter la semence dans l’organisme de la femelle !!! Un minimum d’intelligence, ou de bon sens, permet de discerner et de comprendre que l’espèce humaine et les mammifères desquels nous venons ne sont pas à confondre avec l’ensemble du vivant dans le quel il y a (effectivement !) une diversité quasi infinie, et qui pourrait donner l’impression d’une continuité!

Enfin l’alibi « scientifique » colle mal ici; car l’important n’est-il pas de considérer la viabilité d’un système, au lieu de s’ingénier à essayer de justifier l’injustifiable à l’aide d’une laborieuse argumentation à laquelle on tenterait de donner un aspect rationnel !? N’est-il pas (pour le moins !) dommage que certain(e)s s’appliquent à vouloir détruire ce monde reposant sur cette formidable invention humaine qu’est l’Homme, la Femme, le plaisir et l’Amour !? Car ce sont des faits socioculturels, mais qui reposent sur (et donc ne contredisent pas) notre nature biologique : ILS LA « SUBLIME ».
Mais comme la fin justifie les moyens, pour celles et ceux qui veulent l’abolition de ce monde, il suffit de dire que la nature n’est pas ce que l’on croyait qu’elle était !!... Appliquant ainsi le « plus c’est gros plus ça passe »...


GG


Haut de page
______________________________________________________________________________________________