Raison - Philosophie
24 mars 2013

A propos de l'« Inégalité homme femme »

Textes connexes >>
Abolir « les » « stéréotypes liés au sexe », tel est le projet de notre ministre du droit des femmes. Mais une bonne part de ces « stéréotypes » ne font-ils pas partie de nos identités sexuelles, lesquelles font de nous des Hommes et des Femmes au lieu de simple mâles et femelles souvent peu différenciés dans d’autres espèces.
La confusion entre « égalité » et « indifférenciation » est entretenue...


Un cahier thématique du magazine « 20 minutes » du 8 mars était consacré à la journée de la femme. La photo d’ouverture montrait une petite fille en tenue de boxeuse... Et le titre était « une lutte d’égaux »...

Cela nous indiquait tout de suite l’orientation idéologique précise ainsi que la cible : les enfants. Quant à l’idéologie, c’est à priori celle qui s’est développé sous l’appellation de « féminisme ». Cette idéologie pernicieuse a utilisé le potentiel de mécontentement du à la non reconnaissance du rôle et du travail des femmes et à l’inégalité de valeur entre le féminin et le masculin, pour induire la confusion entre égalité et similitude...
Certes, une femme PEUT être camionneuse ou boxeuse, comme un homme PEUT être vendeur en lingerie fine ou gérant d’une parfumerie. Mais est-il viable de rendre similaire les hommes et les femmes quant à leurs manière d’être, leurs goûts et tendances, leur image, de supprimer leurs spécificités !? Car c’était ces spécificités parmi d’autres qui nous rendaient jadis complémentaires, et permettaient de nous attirer si fortement. Que l’on ne s’étonne donc plus du rapport conflictuel et difficile entre les hommes et les femmes d’aujourd’hui, et que l’on se souvienne de ces « vieux couples » (du « vieux monde ») parfois soudés jusqu’à la fin de leur vie, et où chacun(e) était pour l’autre sa « moitié ». Et que l’on ne s’étonne pas non plus du caractère affaiblit de nombre de garçons, de leur manque de dynamisme, voire d’ « autorité » (« Il n’y a plus d’homme »).

Bien entendu l’école est le terrain propice pour la prolifération de toute idéologie ; entre autre de ces idéologies pernicieuses prônant le nouveau monde et la « déconstruction » (>>) de l’ancien !? C’est donc, après les femmes, aux enfants que l’on s’attaque.
Selon un des articles (>>) notre ministre Najat Vallaud-Belkacem a annoncé en janvier la mise en place à la rentrée 2013 d’un « ABC de l’égalité ». Ce programme vise à « faire prendre conscience aux enseignants de la force des stéréotypes liés au sexe ».
Attendons de voir le contenu. Mais en attendant on ne peut s’empêcher d’y voir une réminiscence de cette rengaine postsoixante-huitarde; « des poupées pour les garçons et des voitures pour les filles ». Car bien des «stéréotypes liés au sexe » ne font-ils pas partie de nos identités sexuelles respectives lesquelles nous font être des Hommes et des Femmes au lieu de simple mâles et femelles, souvent peu différenciés dans d’autres espèces...

Il y avait des choses à changer dans ce monde et comme dans la cellule familiale : la futilité féminine comme l’autorité masculine brutale et aveugle, le manque de contact des enfants au père comme l’exclusivité des tâches féminines allouées au foyer, étaient à reconsidérer. Mais doit-on vouloir métamorphoser Sylvester Stallone et Nicole Kidman jusqu’à gommer toute différence (>>) ?!

GG


Haut de page
______________________________________________________________________________________________