Philosophie de la raison
07 mars 2010 - modifié le 16 fév 2019

l'Intuition

Textes connexes
- L'Intuition - La Raison et l'Intuition - L'Intuition vs la Raison ?
- Vitesse réactivité et connexes vs réflexion et pensée élaborée

Cette chose mystérieuse proche de la « révélation » mystique est définie dans le TLFI comme « Connaissance directe et immédiate d’une vérité qui se présente à la pensée avec la clarté d’une évidence, [...] ».
Mais qu’est-ce qui peut provoquer cette connaissance (apparemment!) sans observation ni raisonnement ?
C’est à mon sens quelque chose que l'on pourrait comparer à la Raison, mais inconscient, non verbalisé. On percevrait des choses sans y porter particulièrement attention puis, à l’insu de notre conscience nous établerions des rapprochements, des relations entre ces perceptions, et c’est cela qui induirait ces idées apparemment spontanées. La Raison serait alors une sorte d’intuition devenu consciente, plus élaborée, mais aussi plus jeune (1). Et elle est à mon sens et chez certain peut-être encore « embryonnaire » ! Mais si la jeunesse de la Raison la rend parfois plus inefficace, l’intuition possède la caractéristique d’une particulièrement grande subjectivité. Car ce mécanisme jouxte dans notre inconscient des pulsions et des émotions également qui interfèrent à notre insu. Du fait que nous ne le sachions pas, nous ne pouvons corriger ces « démarches de raisonnement inconscientes » en conséquence (2).

Au stade d’évolution où nous sommes la démarche intuitive jouxte la Raison. Mais certaines personnes sont plus intuitives, d’autres plus réfléchies.

On attribut souvent aux « grands esprits », scientifiques philosophes ou politiques (...), d’êtres guidés par des intuitions de génie. Mais ce n’est pas uniquement par le fait des intuitions géniales qu’ils se démarquent du plus grand nombre, mais aussi par celui qu’ils n’en restent pas au stade intuitif.
On peut avoir la « sensation» de quelque chose, mais que l’on n’arrive pas à formuler, ni à analyser ni à expliquer. Et certains êtres mus par la curiosité concentrent leur énergie et leur volonté à comprendre. Et ceux-là, à l’occasion d’événements pouvant paraitre insignifiant, prendrons brusquement conscience de ce qu’ils ressentaient confusément. Et à un moment donné La « sensation » inconsciente devient exprimable. Elle prend alors la forme d’une idée.
L’Anecdote célébrissime de la pomme de Newton est l’illustration de cela : c’est la vue d’une pomme tombant sur le sol qui déclencha chez Isaac Newton vers 1665 une idée qui déboucha ensuite sur celle de gravitation. Mais cette idée n’était pas née instantanément ; elle ne pouvait avant cet évènement, qu’être en « gestation » sous forme intuitive. Et la vue de la chute de la pomme fut le facteur déclenchant de cette sorte d’accouchement de l’Idée. Laquelle continua de se développer au travers d’une réflexion ce coup-ci parfaitement consciente...

GG

1) L’intuition serait quelque chose comme l’ « ancêtre de la Raison » et inconscient. Et la Raison étant quelque chose d’excessivement récent à l’échelle de l’Evolution. Il parait donc normal que l’intuition puisse fonctionner mieux. La Raison serait comme un nouveau système encore inabouti… Nous en essuierions les plâtres si je puis dire. Retour

2) J'imagine ce domaine de l'inconscient comme un melting-pot de perceptions mémorisées MAIS AUSSI de sentiments et d’émotions diverses et spécifiquement personnelles. Et cela du fait même que notre conscience n'y accède pas, peut nous amener à des vues excessivement subjectives, voire déformer nos perceptions mêmes… Retour
Haut de page
______________________________________________________________________________________________