Philosophie de la raison
20 juin 2010

« Belle et bête » - ou - Le sexisme ordinaire

Textes connexes >>
Dans un spectacle donné à Chalon le 12 juin, l’imitateur humoriste Nicolas Canteloup nous caricaturait une des Miss France... Sketch s’inscrivant dans ce traditionnel humour (« belle et bête ») et dans la ligne de ces blagues éculées maintes et maintes fois répétées, de l’homme qui se produit en se moquant de la Femme féminine et niaise, parfois en se déguisant.
Certes c’était fait ici avec le grand talent de l’imitateur. Et difficile de ne pas rire ! Mais... Dans une époque où l’on pénalise les propos xénophobes sexistes et homophobes, il semble que le sexisme soit souvent retiré de la liste ! C’est un humour cynique bien différent des blagues provocatrices mais sans méchanceté réelle de Jean Marie Bigard.
Et c’est dans l’air du temps....
C’est un humour destructeur et mauvais, attaquant la Femme dans sa féminité, qui se développe depuis peu et de nouveau... Des Miss France qui sont la cible systématique de sarcasmes (et de certaines revendications aberrantes !), en passant par ces spot télé le soir sur France 3 (« La minute hippique »), jusqu’à cette bd, « Les Blondes », montrant des jeunes femmes excessivement féminines, et complètement idiotes.

Serait-on arrivé à un point de notre histoire où nombre d’hommes n’aiment plus les femmes ?

La Femme et l’Homme sont différenciés non seulement biologiquement (de ce point de vu nous ne sommes que des mâles et des femelles), mais par des modèles culturels exclusifs à chacun, et qui ont probablement en plus, influencé nos morphologies respectives... Et il me semble qu’à un moment donné la féminité est devenue indésirable. Les hommes n’ont eu de cesse de la dévaloriser. Puis les féministes l’ont rejeté pour entrer en mimétisme avec les hommes. Cela peut se comprendre ; comment pouvait-on avoir envie de continuer à s’identifier à un modèle systématiquement rabaissé et ridiculisé! A une époque récente, être féminine impliquait d’être futile...
Aujourd’hui et depuis quelque année la féminité est revenue, mise en avant, revendiquée et revalorisée. Mais elle est de nouveau le sujet de moqueries et de blagues sexistes qui semble se généraliser. Fait d’une sorte d’intelligentsia citadine ( ?). Il semble aussi que l’on s’attaque à l’image de l’Homme : l’ « épaisseur », la force physique et psychologique, et... La pilosité !
Déjà et depuis un demi-siècle, probablement sous l’influence du milieu de la mode, l’image de la femme s’est dégradé : les rondeurs liées à la sensualité, et qui caractérisaient la féminité (à l’inverse du physique masculin anguleux) ont fait place à cet aspect maigre et décharné, aux hanches plus étroites et aux épaules larges...

Globalement, il semble qu’une tendance dans le milieu « intello-culturel » travaille pour induire une «évolution » vers un androgynisme généralisé.

Il apparait donc que féminin et masculin, la Femme et l’Homme (et l’inséparable quête d’amour) sont menacés. Et si nous continuons de laisser cet état de choses s’installer, nous risquons peut-être d’atteindre un point de non retour. Si nous voulons résister à cela, la toute première chose à faire est de prendre conscience le plus clairement possible de tout cela, d’en parler, d’expliquer, et de dénoncer toute démarche insidieuse participant à mettre à mal NOTRE « système Homme – Femme ».


GG
______________________________________________________________________________________________