Raison - Philosophie
26 février 2008

La « Vérité » - Qu’est-ce que c’est?

Textes connexes >>
> La « Vérité »...
> La « Vérité » dans le TLFI (extraits)
> Quelques proverbes
[...]Le problème fondamental de la pensée philosophique d'Einstein, autour duquel s'organisent ses propres analyses, est celui de la réalité du monde et de son intelligibilité, c'est-à-dire de la capacité de la pensée à le pénétrer, à s'en donner une représentation " vraie " (quoique provisoire), qui ne soit pas illusoire ou précaire.[...]
"Einstein" de Michel Paty aux éditions " Les Belles Lettres " 1997
De la même manière qu'un certain nombre d'autres mots courants, le mot « vérité » est utilisé à tout va sans que bien souvent on n'en connaisse le sens exact. Plus exactement il semble que l'on ai de certains mots qu'une connaissance intuitive (non précise, non « consciente »).
Qu’est-ce donc exactement que la (ou une) vérité ?

La Vérité
C’est une idée, une hypothèse, un élément de connaissance, ou encore une affirmation ou un discours « vrai ». Le « vrai » étant le caractère de conformité de la représentation mentale (hypothèses, idée, connaissance…) ou de son expression (autres représentations, discours, affirmations), avec la réalité correspondante (dans le TLFI : Qui est conforme à la réalité, à la vérité ou qui lui correspond.). Du point de vue le plus général, une vérité est donc une représentation mentale, une représentation (autre) ou une expression, conforme à la réalité.
Les définitions des différents dictionnaires corroborent cela: [C’est] Ce à quoi l'esprit peut et doit donner son assentiment (par suite d'un rapport de conformité avec l'objet de pensée, d'une cohérence interne de pensée)'' […]. ''Connaissance conforme au réel; […] V. Lucidité, […] (Petit Robert 1981). [C'est l’] adéquation entre la réalité et l'homme qui la pense (Petit Larousse 1998). Connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime. […] Conformité de la pensée ou de son expression avec son objet. […] (TLFI)

Le concept de « vérité » est équivalent à ceux d’« objectivité » (TLFI, sens courant : […] Qualité de ce qui donne une représentation fidèle de la chose observée […]) et d’« exactitude » (entre autres […] Conformité au vrai, au réel. […])

Le langage
Mais il s'agit ici de définitions: un mot est un élément de langage, un signe possédant en principe un sens conventionnel connu de tous. L’ensemble des signes forme ce langage qui nous permet de communiquer des idées et des informations. Ces signes sont des créations humaines, d’où cet autre appellation de « concept ». On peut ainsi comprendre que les concepts ne trouvent pas (forcément) leur correspondance rigoureusement semblable dans le réel. Ce serait comme des représentations idéalisées, approximatives, ou encore générales...

Vérité absolue et relative
Ainsi le concept de « vérité » se résumant à la conformité de l’idée ou de l’affirmation à la part de réalité concernée (son « objet »), peut-il être considéré comme « existant réellement »? Autrement dit, une idée ou une affirmation peut-elle être en totale conformité avec la réalité (?), cette réalité, ou une « part de cette réalité » étant infiniment complexe. Ou encore, la Vérité peut-elle être « absolue » (comme le concept lui-même)?
Mon opinion est que l'on peut considérer deux sortes d’idées, ou d'affirmations:
- les idées ou les affirmations décrivant les choses de manière approximative et très générale.
Par exemple; si nous disons que « la Terre est ronde », par opposition à l’idée ou à l’affirmation « la Terre est un disque plat », nous avons dans ce cas et aujourd’hui la certitude que la première affirmation est bien « La » « Vérité » (« absolue »). Mais nous ne prétendons pas rentrer dans les détails, nous ne nous préoccupons pas de la forme exacte, ni de savoir ou exprimer si celle-ci peut-être par exemple variable avec le temps.
- les idées ou les affirmations tentant de rendre comptes des choses de manière précise.
Ici, nous devons être conscient de l'infinie complexité de la réalité: toute analyse, description, hypothèse, ne saisit jamais, ou ne tient jamais compte de la totalité de cette réalité infinie. Ainsi, et dans le principe, une vérité ne peut-être à tout moment qu’approchée. Et en cherchant à connaître et comprendre toujours mieux, nous ne faisons qu’approcher toujours plus près ce concept de vérité (donc « absolue ») mais sans jamais l’atteindre vraiment (dans la mesure ou naturellement nous n'allons pas résolument dans une direction erronée).
D’où ce concept de « vérité relative » induit par les découvertes du savant Albert Einstein. Mais cette notion est bien souvent comprise de manière totalement fausse. Pour certains d'entre nous cela signifierait que pour une seule et même chose il existerait plusieurs vérités, voir même une vérité pour chacun. Absurdité due à une totale incompréhension du concept lui-même...

GG

Haut de page>>

La Vérité dans le TLF (Trésor de la langue Française Informatisé http://atilf.atilf.fr/tlf.htm)
[...]
I. A. 1.
[D'un point de vue abstr.]
a) "a") PHILOSOPHIE
Connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime. Progresser dans la vérité; critérium de la vérité; disciple, serviteur de la vérité; (prétendre, croire) détenir, posséder la vérité. La vérité ne vaut jamais que par l'unité totale de son expression, tandis que les objections et les hérésies ont toujours la facilité de s'attaquer au détail (BLONDEL, Action, 1893, p. 238).
[...]
"b") Norme, principe de rectitude, de sagesse considéré(e) comme un idéal dans l'ordre de la pensée ou de l'action. Flambeau de la vérité; règne, triomphe de la vérité; commettre une faute, un crime contre la vérité; rendre hommage à la vérité. La Justice et la Vérité, même méconnues de tout un peuple, resteront la Justice et la Vérité, c'est-à-dire des choses supérieures aux aberrations d'un jour (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 115). La recherche de la vérité doit être le but de notre activité; c'est la seule fin qui soit digne d'elle (H. POINCARÉ, Valeur sc. , 1905, p. 1).
[...]
"c") THÉOL. (Éternelle) vérité. La seule vérité absolue, inaltérable, fiable, parce que donnée par Dieu. Quand le génie disparoît, un désespoir profond s'empare de Faust et il veut s'empoisonner. " Moi, dit-il, l'image de la divinité, je me croyois si près de goûter l'éternelle vérité dans tout l'éclat de sa lumière céleste! " (STAËL, Allemagne, t. 3, 1810, p. 77). Sans visage est la vérité. Lui ayant prêté le nôtre, nous l'avons rendu périssable. " De la divine Vérité, nous ne pouvions faire qu'une vérité humaine. Ainsi, du même coup, nous la livrions à la mort ", avait-il écrit (E. JABÈS, Le Livre du Dialogue , 1984, p. 100).
[...]
b) LOG. Vérité (logique). Conformité de la pensée ou de son expression avec son objet. La définition traditionnelle de la vérité la tient pour copiée sur son objet. Elle serait l'adéquation de l'intellect à la chose (...). Cette définition n'est simple qu'en apparence; car toute la question est de savoir en quoi consiste l'objet (H. DREYFUS-LE FOYER, Traité de philos. gén., 1965, p. 151).
[...]
II. Chose réelle, visible. Synon. réalité. La mantille espagnole est donc une vérité; j'avais pensé qu'elle n'existait plus que dans les romances de M. Crevel de Charlemagne (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 91). Nous sentons le gros mal de Jofroi. Nous savons que c'est une vérité, ce mal; au vu et au su de tout comme le soleil ou la lune, et nous faisons les fanfarons (GIONO, Solit. pitié, 1932, p. 135).
[...]
Haut de page>>

Proverbes concernant la Vérité
Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire
La vérité sort de la bouche des enfants
La vérité finit toujours par se savoir
Trop de paroles noient la vérité(Proverbe anglais)
Il n'y a que la vérité qui blesse.
La vérité est dans le vin.
______________________________________________________________________________________________