Philosophie de la raison
07 mars 2010

La Raison et l'Intuition

Textes connexes
- L'Intuition vs la Raison ? - La Raison et l'Intuition
- Vitesse réactivité et connexes vs réflexion et pensée élaborée

Les « limites de la raison »


>Qu'est-ce que l'« intuition »...

La Raison serait l'Intuition devenue consciente et (donc) exprimable...

Je trouvais par hasard un article ainsi intitulé. Les « limites de la raison »; c’est une idée, une interrogation courante...

Le bon sens élémentaire veut que pour traiter un sujet, porter un jugement ou émettre une opinion sur quelque chose, il est avant tout nécessaire d’être conscient de la « chose » concernée.
Ici, pour parler de la Raison il y a donc lieu de savoir ce qu’est la Raison. Dans les définitions c’est la capacité de juger et de distinguer le vrai du faux dont il est le plus souvent question. Mais on peut lire aussi que c’est la capacité de raisonner logiquement... Il m’apparait que c’est (« à la base ») l’ensemble de nos capacités mentales permettant la compréhension du réel; capacité d’observation (le plus objectivement et le plus finement possible) et de raisonnement (logique! (1)).

Ensuite, parler de « limites » de la Raison sous entend que nous considérons son usage dans le domaine de la de la compréhension du réel, des « choses » en générale. Nous ne somme pas par exemple dans celui de la relation amoureuse ou les éléments constitutifs essentiels sont l’instinct la spontanéité et l’émotionnel ! Il s’agit donc des « limites » de ce qui se ramène à l’aptitude à comprendre... Dans le domaine de la conscience et de la compréhension !??

Mais le questionnement sur les « limites de la raison » sous entend en fait qu’il y aurait autre de chose de supérieur à l’observation et au raisonnement logique pouvant constituer ce processus dit « cognitif ». Et cette «autre-chose » est évidemment l’Intuition...
L’Intuition; cette démarche qui nous amène à énoncer ou à agir parfois correctement et qui parfois mène à l’erreur. Mais dans tous les cas on ne sait pas ce qui nous amène à telle position, à telle action, ou comment peut naître telle idée...

Mon opinion déjà exprimée sur ce sujet (2) est que cette démarche est parallèle à la raison, mais inconsciente, non formulée, et beaucoup plus ancestrale.... Et on peut constater en effet, que la réflexion consciente, l’analyse (donc l’exercice de la Raison) amène parfois à achopper là où l’intuition « a raison »... Le comportement de raison apparaissant alors comme plus grossier, plus « aveugle » ; mais pourquoi... Car il est probable qu’un fonctionnement ancien est de ce fait meilleurs qu’un fonctionnement plus nouveau, étant donc plus « au début ».

Mais qu’est-ce que peut être l’intuition ? Cette chose mystérieuse proche de la « révélation » mystique est définie dans le TLFI comme « Connaissance directe et immédiate d’une vérité qui se présente à la pensée avec la clarté d’une évidence, [...] ».
Et qu’est-ce qui provoque cette connaissance sans observation ni raisonnement ?
C’est à mon sens quelque chose d’équivalent, mais d’inconscient, non verbalisé. On percevrait des choses sans y porter particulièrement attention puis, à l’insu de notre conscience nous établerions des rapprochements, des relations entre ces perceptions, et c’est cela qui induirait ces idées apparemment spontanées. La Raison serait alors une sorte d’intuition devenu consciente, plus élaborée, mais aussi plus jeune. Et elle est à mon sens et chez certain peut-être encore « embryonnaire » ! Mais si la jeunesse de la Raison la rend parfois plus inefficace, l’intuition possède la caractéristique d’une particulièrement grande subjectivité. Car ce mécanisme jouxte dans notre inconscient des pulsions et des émotions également qui interfèrent à notre insu. Du fait que nous ne le sachions pas, nous ne pouvons corriger ces « démarches de raisonnement inconscientes » en conséquence.

Au stade d’évolution où nous sommes la démarche intuitive jouxte la Raison. Mais certaines personnes sont plus intuitives, d’autres plus réfléchies.

On attribut souvent aux « grands esprits », scientifiques philosophes ou politiques (...), d’êtres guidés par des intuitions de génie. Mais ce n’est pas uniquement par le fait des intuitions géniales qu’ils se démarquent du plus grand nombre, mais aussi par celui qu’ils n’en restent pas au stade intuitif.
On peut avoir la « sensation» de quelque chose, mais que l’on n’arrive pas à formuler, ni à analyser ni à expliquer. Et certains êtres mus par la curiosité concentrent leur énergie et leur volonté à comprendre. Et ceux-là, à l’occasion d’événements pouvant paraitre insignifiant, prendrons brusquement conscience de ce qu’ils ressentaient confusément. Et à un moment donné La « sensation » inconsciente devient exprimable. Elle prend alors la forme d’une idée.
L’Anecdote célébrissime de la pomme de Newton est l’illustration de cela : c’est la vue d’une pomme tombant sur le sol qui déclencha chez Isaac Newton vers 1665 une idée qui déboucha ensuite sur celle de gravitation. Mais cette idée n’était pas née instantanément ; elle ne pouvait avant cet évènement, qu’être en « gestation » sous forme intuitive. Et la vue de la chute de la pomme fut le facteur déclenchant de cette sorte d’accouchement de l’Idée. Laquelle continua de se développer au travers d’une réflexion ce coup-ci parfaitement consciente...


GG

1) Raisonner oui, mais logiquement! Retour
2) L'Intuition vs la Raison ? Retour
Haut de page
______________________________________________________________________________________________