Raison - Philosophie
1ère vers. 29 décembre 2009 - modif. 1 octobre 2015

Le Capitalisme - Accumulation de l'argent et endettement

Textes connexes >>

Encore et toujours plus...

L'accumulation sans fin du moyen d'échange amène obligatoirement à ne pas pouvoir consommer complètement ce que nous produisons. C'est à mon sens la raison profonde pour laquelle ce système est en permanent déséquilibre... Pour consommer suffisamment il faut emprunter. Pour rembourser il faut croître... Continuellement !... Jusqu'où ?!


Irresponsables, littéralement, seraient ceux qui persisteraient à ignorer celle des conclusions du club de Rome qui me paraît irréfutable: une croissance exponentielle de la population et de l'industrie ne peut durer indéfiniment, ne peut plus se prolonger bien longtemps, dans un monde fini. On peut doubler une production industrielle en 10 ans, le Japon a fait mieux. Mais doubler chaque décennie, pendant un siècle, multiplie une production par 1024. Pendant deux siècles... (faites le calcul!). Sur quelles bases matérielles?
René Dumont - L'utopie ou la mort - Editions du Seuil - 1973
> Résumé
> Plus de détails
> La croissance
> Les conséquences
> Finalement...
Une série d’articles étaient parus dans Le Nouvel Observateur du 6 août 2009 et le titre en indiquait le thème: « Le grand retour de Karl Marx - Pour comprendre le capitalisme d’aujourd’hui » Mais quoi qu'intéressant au plan historique et concernant le philosophe, les éléments permettant de « comprendre » le capitalisme m’avaient paru excessivement réduits. Et c’est pourtant de comprendre dont nous avons besoin; comprendre approximativement l’essentiel du mécanisme « à la base ».
Dans l’un des articles J-B Fredet nous explique tout de même; il dit entre autres de Karl Marx qu'il cherche à en déterminer la loi constitutive : la recherche incessante de l’accumulation du capital. (1). Car c'est bien là le cœur du problème...
Toute structure économique individuelle ou collective, mais autonome (privée), nécessite obligatoirement une réserve d’argent permanente pour les besoins de fonctionnements présents et avenirs; un capital pour les (grosses) entreprises, un compte épargne pour les familles.
Dans le principe cette « réserve » devrait n’être alimentée que pour les frais de fonctionnement et les investissements. Mais c’est peut-être des restes de comportements primitifs qui poussent autant les individus que les grosses entreprises et surtout les grands groupes (dirigées par des hommes !) à prélever et accumuler toujours au maximum du possible, et pour les grandes structures, probablement bien au de-là de leurs prévisions avenirs.
Cette recherche permanente du profit maximum constitue d’abord une ponction au niveau de la production qui ne peut qu’être au détriment de la capacité de l’ensemble à consommer cette production. Ensuite, cela semble mener à une accumulation de richesses sous forme de biens inutiles à l’ensemble, et de liquidités (2) qui ne reviennent à l’ensemble (donc à la consommation) que sous forme de prêts que cet ensemble doit rembourser; d'où la nécessité de la CROISSANCE...

Haut

A la manière de ce roman (3) où Bernard Weber imaginait des extraterrestres observant l'humanité de très loin, nous pourrions voir les populations des pays « riches » travailler et produire, mais ne pas arriver, ou peiner à consommer cette production. On pourrait voir une insuffisance des emplois disponibles; ce qui laisserait logiquement supposer (« vu de loin ») qu’il y a suffisamment de richesse pour tout le monde ! Pourtant on pourrait voir aussi la majorité des ménages en situation de difficulté économique permanente, la précarité, voire la pauvreté d’une partie de ces populations...
Et l'origine de cette aberration est précisément l’ACCUMULATION SANS FIN DE L'ARGENT AU DETRIMENT DE L'ECOULEMENT DE LA PRODUCTION. Car c’est cela qui fait qu'à tout moment et globalement l'argent utilisable provenant de la vente des biens et des services est insuffisant pour consommer cette production même! Contradiction qui pour écouler cette production, induit la nécessité du crédit…
Et c’est une part de cet argent immobilisé inutilement qui est prêté à tout ce qui est susceptible de consommer; les ménages les administrations, collectivités, entreprises, et les états. Et comme on peut supposer que c’est essentiellement les grands capitaux et les grandes fortunes personnelles augmentés de l’ensemble des épargnes qui prête à tout le monde, pouvoir continuer de prêter peut être un motif supplémentaire stimulant l'accumulation; l’incertitude de l’avenir et la peur de la pénurie aussi... Quant aux grandes entreprises et aux groupes industriels qui eux aussi consomment (pour leurs fonctionnement), ils devraient en principe et naturellement pouvoir puiser dans leur propre capitaux. Mais dans ce système globalement et profondément illogique ayant amené une complexification (elle aussi sans fin) des situations et des phénomènes d’argent, il peut être plus avantageux de « placer » les capitaux (donc prêter indirectement!) et d’emprunter par ailleurs...

Quant aux crises récurrentes et de plus en plus rapprochées elles apparaissent comme des périodes où la contradiction production (donc richesse globale réelle) vs pouvoir d'achat insuffisant se retrouve exacerbée. La relation de cause à effet avec le capitalisme serait probablement cette course effrénée au profit individuel sans soucis des conséquences sur l'ensemble qui, par un effet d'emballement en périodes d'expansion, amènerait des événements néfastes voire catastrophiques, provocant ensuite le repli des investissements et l'augmentation du chômage, puis la diminution du pouvoir d'achat du plus grand nombre et (donc) de la consommation, puis celle de la production. Après une spirale d'expansion succéderait le cercle vicieux de la récession.
Haut

Tout cela est une vue schématique, mais elle permet au moins de comprendre pourquoi ce système ne peut se maintenir qu’en raison d’une croissance continuelle. Car globalement (!) pour rembourser les emprunts il faut gagner plus; donc produire et vendre plus. Cela nécessite d'augmenter encore plus la consommation, et par suite prêter encore, et augmenter l’endettement encore plus etc. Ce qui revient à dire que l’endettement croissant (à mon sens également SANS FIN) des ménages des collectivités des administrations et des Etats, est inéluctable et intimement lié à ce fonctionnement économique, et que c’est précisément cet endettement qui induit la nécessité de la croissance également sans fin. Croissance économique qui implique l’augmentation de toutes les quantités, dont celle de la pollution, et l'puisement des réserves naturelles... (Retour au résumé)
Beaucoup objecteront la formule consacrée; « c’est plus compliqué »... Mais à essayer de comprendre les discours opaques et abstraits (pour les profanes) des spécialistes, je dirais qu'ils se perdent dans les détails, et qu'ils sont probablement formés pour. « Comprendre» c’est « saisir » et aussi « embrasser dans un ensemble », «englober » (Petit Robert), autrement dit, « inclure dans un tout »


Au plan international, les pays pauvres constituent une réserve de ressources à bon marché. Et l’exploitation des matières premières et main d’œuvre permet aux pays riches de produire « moins cher » et de vendre mieux chez eux. Mais comme c’est au détriment de leur propre main d’œuvre et donc de la consommation, l’effet est en même temps et en partie inverse. Nouvelle contradiction... De plus, les pays anciennement dits du « tiers monde » deviennent aujourd’hui des pays émergents...
Haut

Conséquences...
Malgré que l’on peut considérer que le développement de la société industrielle et de l'économie capitaliste ait amené des bienfaits, comme et notamment le développement de la Science et de la technologie, Les conséquences perverses actuelles de ce fonctionnement me paraissent considérables. Et l’ensemble pourrait se résumer à ce que, outre bien entendu les pollutions et le pillage des ressources naturelles, tous les grands équilibres humains ont été rompus, bouleversés.
Nous lisons dans un autre article du Nouvel Observateur; Quel est donc ce Marx [...]. Le premier penseur à avoir compris le rôle paradoxalement « révolutionnaire » du capital, détruisant sur son passage les frontières, renversant toutes les hiérarchies millénaires et les croyances héritées. (4)
Certes ! Nombre d’aspects du « vieux monde » répugnent aujourd’hui. Mais en nous laissant guider sans nous en rendre compte par la logique du Système, n’avons-nous pas cassé l’essentiel de ce qui faisait le genre humain?! Au lieu de changer, d’améliorer, ou de résoudre des problèmes, nous avons détruit sans nuance, « jeté le bébé avec l’eau du bain ». La volonté de chaque nouvelle génération de s’affranchir des parents en adoptant les nouveaux systèmes de valeurs (ce qui semble naturel !) alliée au changement exponentiel du monde (conséquence quasi directe du Système Capitaliste), provoque des conflits de générations de plus en plus radicaux voire violents. Le conformisme systématique des nouvelles générations à tout ce qui est nouveau et en opposition avec le « vieux monde » provoque incidemment un affaissement de la capacité de jugement et de l’esprit critique (5). Et le système commerciale et publicitaire, au lieu d’éduquer, en « courant derrière » le consommateur avec l’unique but de vendre, s’appuis parfois sur (et donc encourage!) les tendances entre autres à la confusion et à l'illogisme (6)...

Dans les pays occidentaux, la vie rurale et tranquille organisée autour du village et de la grande famille a fait place à une vie stressante dans nos grandes villes, « mégapoles tentaculaires » appelées à s’étendre sans fin. Et au milieu de ce « tissu urbain » où l’essentiel de la vie est une course effrénée entre activité et consommation, la mise à mal de la famille dite « traditionnelle » amenant celle du couple (pourquoi: 7), et par suite la tendance à l'indifférenciation des identités sexuelles (tendance inversée aujourd'hui (8) mais qui renforçait en retour l’appauvrissement des rapports affectifs entre les hommes et les femmes) ainsi que toutes les frustrations qui en découlent, contribuent au développement de la solitude, des perversions des toxicomanies, ou accentue la suractivité et la surconsommation (par compensation?)...
Egalement (toujours dans les villes), la coupure avec la réalité (dite « réalité matérielle ») ainsi que la magie de la technologie, a provoqué l’apparition d’un nouvel irrationnel : l’incapacité de compréhension de certaines choses des plus élémentaires (9), la généralisation d’un intellectualisme « évoluant » dans l’abstraction, la tendance à la spontanéité de discours d’autant plus émotionnels et d'autant moins réfléchis. Tout cela aboutit à un gigantesque capharnaüm cérébral collectif, un illogisme et un bon sens inversé quasi généralisés, ainsi qu’une pollution verbale contre laquelle les anciens proverbes se voulaient peut-être être les garants : « Ne dépense pas deux mots, si un seul te suffit » « Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler » « Trop de mots tue la vérité»...
Et cette pollution est directement renforcée par la logique marchande de toujours vendre plus encore et encore (ici, du papier imprimé incidemment au détriment de nos grandes forêts; ou encore de l’ « écoute »), noie obligatoirement tout discours longuement réfléchi, concis lucide et sensé.

Quant aux grands groupes humains qui vivaient au moyen de systèmes culturels adaptés à leurs caractères ainsi qu’à leur degré d’évolution, nous leur avons fait miroiter nos gadgets, et notre « occidental way of life ». Nous avons détruit leurs équilibres (10). En France nous avons entassé les populations algériennes dans les cités lorsque nous avons eu besoin d’elles (économiquement), et aujourd’hui les familles mises à mal, les parents décrédibilisés par la misère économique, et leurs enfants déstructurés désœuvrés et privés de ressources ont sombrés et continuent de sombrer dans la délinquance.

Enfin et à mon sens, c’est le spectacle de cette dégénérescence humaine généralisée dans les pays occidentaux (pour l’instant), qui renforce les intégrismes religieux apparaissant pour certains comme des bouées de sauvetages à la surface de ce marécage de confusions.
Haut

La bonne direction pour la résolution de tout cela semble être le développement généralisé de la Raison; et concernant le problème économique précisément, la solution qui apparait logiquement serait que cette masse d'argent en augmentation permanente et constamment immobilisée, puisse naturellement retourner à la consommation et non EMPRUNTE!!!
Mais posé de la sorte, ce serait sans compter différents facteurs humains dont essentiellement le fait que cette richesse appartient à des personnes...
Parmi le nombre d'idées émises visant désespérément à pallier à la panne durable de notre machine économique, il y a eu celle par exemple consistant à encourager l'innovation. Si cela prétend participer à cette " relance " tant attendue, alors, c'est une illusion de plus reposant sur un manque total de lucidité.
Par contre il serait intéressant d'encourager la recherche de bonnes idées afin de résoudre véritablement le problème exposé ci-dessus. En résumé; comment faire retourner l'argent immobilisé (et privé) à la consommation générale sans que ce soit ni sous forme de prêt, ni en dépossédant les propriétaires à court terme, et comment diminuer (puis stopper ?) cette accumulation dans l'avenir...
Haut

GG
1) « Bricoleur ou prophète » de Jean-Gabriel Fredet - Retour
2) Ces liquidités immobilisées le sont à mon sens dans les grands capitaux et fortunes personnelles, entre autres sous forme produits financiers... - Retour
3) « Nos amis les terriens » - Retour
4) « Le grand retour de Karl Marx » de Aude Lancelin - Retour
5) L’ « ouverture d’esprit »- Retour
6) La « logique » de l’utilisateur - Retour
7) Le milieu familial se devait en principe d'exacerber l'attirance pour l'autre sexe permettant ainsi (par sublimation) l'amour. Autrement dit, le rôle de la famille était (entre autres) l'« apprentissage de l'amour ». Pourquoi >> - Retour
8) Féminité et masculinité - Retour
9) Le Bon Sens et l’« Absurde » - Retour
10) Joie plaisirs et codes sociaux - Retour
Haut de page
______________________________________________________________________________________________